Un Cinéphage



Sorties du 8 Février 2012

Il va falloir être très courageux pour braver le froid et se faire une toile cette semaine. Et le programme des sorties (essentiellement à base de soupe insipide, de saison me diriez-vous) ne va pas aider à motiver les plus téméraires.

Cette semaine donc : Kate Beckinsale remet sa combi en cuir, Gary Oldman est ultra myope, Katherine Heigl se teint en brune, Vincent Lacoste se prend pour Orson Wells, Zarafa nous fait voyager et le Grand Abel Ferrara revient sur les écrans.

Underworld : New Era (Mans Marlins/Bjorn Stein)

Nouveau volet de la guerre entre vampires et lycans. La saga qui semblait morte (de sa « moche mort ») et enterrée par l’épisode précédent (une sorte de préquelle mal léchée et incohérente) repart pour un tour et parie sur le retour de Kate Beckinsale pour donner un nouveau souffle à la franchise et pour refaire tourner la machine à dollars (et la marmotte…)

Avec un duo de novices nordiques aux manettes et un casting un peu faiblard il ne faut pas s’attendre à un miracle… Un pop-corn movie (uniquement) pour les amateurs.

Image de prévisualisation YouTube

La Taupe (Tomas Alfredson)

Adaptation inspirée de John Le Carré (maître étalon du roman d’espionnage) La Taupe narre la chasse au traitre dans une agence d’espionnage british. Brillamment porté par Gary Oldman (oscar surprise en vue?) ce polar à l’ancienne ravira les amateurs d’intrigues à tiroirs et de rebondissements intelligents.

Mis en scène par Tomas Alfredson, le réalisateur nordique (mais fort talentueux cette fois) de l’excellent Morse et avec également John Hurt, Tom Hardy, Colin Firth et Mark Strong, La Taupe pourrait être la bonne surprise de la semaine.

Image de prévisualisation YouTube

One for the money (Julie Anne Robinson)

Comédie romantique (alerte à la St Valentin, fuyez!!!!) avec Katherine Heigl (qui s’est teinte en brune pour avoir l’air moins tarte), Cherche Bad Boys désespérément (encore un qui s’est bien foulé pour la traduction de titre) raconte l’histoire d’une pimbêche qui se retrouve au pied du mur (célibataire, sans emploi) et qui décide donc de devenir chasseur de prime (oui oui vraiment) alors qu’elle s’y connait autant qu’en chimie moléculaire…

Casting de série télé, réalisatrice de série télé (notamment de Grey’s Anatomy, c’est dire le sens de la mise en scène qu’on attend), à voir vraiment s’il y a une tornade de neige et que c’est le seul abri possible.

Image de prévisualisation YouTube

JC (Comme Jesus Christ) (Jonathan Zaccaï)

Comédie expérimentale en forme de faux docu autour de JC, un personnage atypique aussi doué que cinglé (la limite entre le génie et la folie a toujours été mal définie de toute manière) qui forme la synthèse de ce qu’aurait pu être le croisement de Fritz Lang avec le faux loup-garou torse nu de Twilight à 15 ans.

Curiosité à découvrir avec l’inoubliable Beau Gosse Vincent Lacoste dans le rôle titre et Elsa Zilberstein entre autres, par le réalisateur débutant Jonathan Zaccaï.

Image de prévisualisation YouTube

Zarafa (Remi Bezançon/Jean-Christophe Lie)

Film d’animation contant l’histoire d’amitié entre un enfant et sa girafe à travers un voyage initiatique qui va les emmener à Paris.

Loin des procédés 3D ultra élaborés, nous avons un traitement « à l’ancienne » proche de l’univers visuel de Kirikou qui promet un potentiel poétique qui parlera aux enfants autant qu’aux adultes grâce à la collaboration de Remi Bezançon (réalisateur inspiré de Le premier jour du reste de ta vie et Un heureux évènement entre autres) avec Jean-Christophe Lie qui a collaboré sur les effets visuels de Kirikou justement et auteur de l’excellent Logorama & Co.

Image de prévisualisation YouTube

Go go tales (Abel Ferrara)

J’ai tout de même préféré garder le meilleur pour la fin avec le retour sur les écrans d’Abel Ferrara, réalisateur new-yorkais écorché vif à qui on doit des monuments du cinéma comme (le VRAI) Bad Lieutenant, King of New York, Nos funérailles ou encore China Girl.

Réalisateur banni (son comportement auto-destructeur l’empêche d’avoir la confiance des financiers du cinéma), il lui a fallu 4 ans pour trouver un distributeur pour ce Go Go Tales, fable noire autour du quotidien d’un patron de boîte de strip à Manhattan qui se retrouve acculé de toutes parts et joue son avenir sur un billet de loterie.

Pourtant, il a réussi à réunir un casting 4 étoiles, entre habitués de longue date et nouveaux venus dans son univers avec Willem Defoe, Bob Hoskins, Matthew Modine, Asia Argento pour ne citer qu’eux.

Touchant, démesuré et sincère, du cinéma Ferrara à découvrir ou à retrouver.

Image de prévisualisation YouTube

  1. Flyers écrit:

    Merci pour le temps que vous passer sur ce blog et les informations que vous faites figurer. En tout cas c’est un blog utile de plus il est facile à consulter. Bonne continuation pour ce merveilleux travail.

    Citer | Posté 9 février, 2012, 16:02

Laisser un commentaire

le cinématographe |
liensdefilms |
BLOG A PART! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon ciné à moi
| FESTIVAL DE CANNES 2010
| cinevedettelasuite